L’éveil du VIETNAM

Le Vietnam est-il le nouveau Dragon du continent asiatique? La plupart des investisseurs Sud-coréens, Japonais, Américains ou Européens, sont convaincus. Tous les records ont été battus en 2006 avec des investissements étrangers dépassant les 9 milliards de dollars. Il faut dire que le Vietnam, qui vient de rejoindre l’Organisation mondiale du commerce-c’était le 11 janvier-surfe sur un taux de croissance de plus de 8%, le plus élevé D’Asie après la Chine. Le nouveau Premier ministre, Nguyen Tan Dung, nommé en juin dernier, est un homme du Sud qui a été gouverneur de la banque centrale pendant deux ans dans les années 1990. Avec le Président Nugyen Min Triet et le Président de l’Assemblée nationale Nguyen Phu Trong, ils incarnent une politique D’ouverture à la Chinoise qui fait coexister le maintien de l’emprise du Parti communiste sur l’état avec une politique économique fondée sur les principes du capitalisme-le laissez – faire et la libre concurrence.
Officiellement, cette politique d’ouverture a été adoptée en 1986. Mais pendant dix ans, les choses ont à peine bougé. Deux événements ont changé la situation: la levée des sanctions américaines contre le pays en 1994 et son entrée dans L’ASEAN – L’Association des nations de l’Asie du sud – est-en 1996. Le véritable décollage, une période ralentie par la crise économique qui a frappé l’ensemble de la région à la fin des années 1990, a commencé en 2000. Depuis lors, il y a eu une euphorie : une capitalisation boursière multipliée par 20 entre la fin de 2005 et la fin de 2006, des ventes dans le secteur du Commerce de détail, en hausse de 30%, de nouveaux quartiers d’affaires qui poussent comme des champignons après la pluie, 15 nouveaux centres commerciaux attendus d’ici l’année prochaine à Hanoï et Ho Chi Minh Ville. Nous sommes dans une économie de rattrapage, dans tous les domaines de l’analyse bancaire d’affaires. Le nombre de sociétés privées a décuplé en six ans, passant de 30 000 en 2000 à 350 000 en 2006. Le gouvernement a annoncé dans une déclaration du 31 janvier son intention de privatiser la plupart des entreprises publiques, des entreprises de parti et des entreprises militaires. Il y a environ 3 000 d’entre eux. Dans un premier temps, les autorités envisagent la création d’une société holding d’état qui les détiendrait et les commercialiserait. T les principaux investisseurs, y compris les Sud-coréens et les Japonais, devraient investir en Chine et dans un autre pays de la région. De plus en plus, ils optent pour le Vietnam. Il faut dire que le pays dispose d’environ 83 millions d’habitants et de nombreux travailleurs qualifiés. Un ménage sur dix à Hanoï et à Ho Chi Minh-Ville a un diplômé de l’enseignement supérieur. Du travail non qualifié n’est pas bon marché. Il a fallu une série de grèves l’année dernière pour obtenir le salaire minimum pour les travailleurs employés par des entreprises étrangères de plus de 56 $ par mois.
Le Vietnam a maintenant ses nouveaux riches. Beaucoup de ces milliardaires sont de la nomenklatura Communiste, ou les enfants d’apparatchiks. Ce sont bien sûr eux qui ont d’abord bénéficié de la Politique d’ouverture économique. Ils sont aussi les premiers à pouvoir envoyer leurs enfants étudier à l’étranger, véritable sésame pour une carrière. Mais il y a d’autres grandes réalisations : des indépendants et des Vietnamiens venus de L’étranger sont venus investir leur capital dans leur pays d’origine. Un total de 70 000 ménages gagneraient plus de 5 000 $ par mois, un chiffre qui ne tient pas compte du revenu de l’Immobilier dans un pays où de nombreux apparatchiks sont devenus beaucoup plus riches en spéculant sur la hausse du prix des terres – ou en achetant des terres agricoles qu’ils ont alors obtenu pour gagner leur vie. L’industrie du luxe avait raison. Gucci et Virtue-les téléphones portables des stars-sont dans les rues de Ho Chi Minh Ville, Vuiton devrait ouvrir un magasin en Mai, toutes les grandes marques de cosmétiques sont présents, la marque La Perla (lingerie fine de luxe) et Enzo est prêt à faire la même chose à Hanoi. Le Vietnam s’ouvre très rapidement à ce marché, qui a longtemps été exclues, selon un économiste. A tel point que la mission économique française vient de publier un guide-répertoire consacré au secteur du luxe. Avec une présentation détaillée des 73 opérateurs Vietnamiens susceptibles de devenir des partenaires pour les investisseurs français. Les grands hôtels de Hanoï et de Ho Chi Minh-Ville représentent aujourd’hui 60% du nombre total des hommes d’affaires et 40% du nombre total des touristes.
Un fait nouveau : au-delà de cette couche de riches, très riches, une classe moyenne jeune, instruite et moderne est en train d’émerger. Il y a quelques années, seuls les apparatchiks pouvaient envoyer leurs enfants à l’étranger pour leurs études, puis nous sommes descendus au niveau des directeurs des ministères, puis à celui des directeurs adjoints d’une entreprise. En conséquence, les jeunes sont de plus en plus mieux formés et trouvent facile de travailler dans de grandes entreprises étrangères dans l’une des deux grandes villes du pays. Et comme de plus en plus d’entre eux cherchent ces profils de cadres supérieurs, les salaires augmentent…
Mais la croissance du Vietnam est restée à la traîne: 60 millions des 83 millions D’habitants du Vietnam vivent encore dans les zones rurales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *