Infos-dernieres

Encore une manœuvre du Polisario

Selon Mohamed Bahi, membre du Conseil Royal Consultatif pour les Affaires Sahariennes (CORCAS), le prétendu congrčs que le Ť polisario ť compte organiser la semaine prochaine ŕ Tifarity, n’est pas plus qu’une nouvelle manoeuvre ŕ travers laquelle la direction du mouvement séparatiste tente de convaincre les Sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf de renvoyer encore une fois le rčglement de la question du Sahara.

Ť Tout le monde sait que l’Algérie se trouve derričre les embűches ť dressées sur la voie de la résolution de ce dossier, a indiqué Mohamed Bahi, expert en affaires du Ť polisario ť, dans une déclaration diffusée vendredi par la chaîne satellitaire Al Arabia.

La menace d’un retour aux armes brandie par le Ť polisario ť pourrait ętre synonyme d’un retour ŕ la case départ, a-t-il mis en garde, notant que les deux premiers rounds de négociations et celui ŕ venir mettront inéluctablement le front devant des responsabilités historiques pour sauver les séquestrés des camps de Tindouf.

Ť Nous, Sahraouis, tout autant que les populations des camps et les éléments armés du front, sommes convaincus que ce dernier n’a plus les moyens d’un affrontement armé ť, a assuré M. Bahi, précisant qu’actuellement, Ť plus de 10.000 hommes armés sont exilés en Mauritanie et en Espagne et que tous les dirigeants du Ť polisario ť se trouvent ŕ l’étranger.

Le Maroc a proposé une initiative pacifique et ouverte par laquelle il demande le retour ŕ la légalité et ŕ la paix, le rapatriement des séquestrés et l’octroi d’une autonomie au Sahara en tenant compte des spécificités culturelles de la région, a fait savoir M. Bahi.

ENQUĘTE SUR LA DESTRUCTION PAR LA CIA DE VIDÉOS DES INTERROGATOIRES DE PRÉSUMÉS TERRORISTES

Le département américain de la justice et le service d’inspection générale de l’Agence des services de renseignements (CIA) ont annoncé samedi 07 décembre l’ouverture d’une enquęte conjointe sur la destruction par la CIA de vidéos sur les interrogatoires de deux suspects terroristes et qui a soulevé un grand scandale.

“Cette enquęte est la bienvenue et la CIA va y coopérer totalement”, a assuré le directeur de la CIA, Michael Hayden dans une déclaration.

“Je l’accepte puisqu’elle constitue une opportunité pour aborder les questions qui ont été soulevées par la destruction en 2005 de vidéos cassettes”, a-t-il indiqué.

Les commissions de la Chambre des représentants et du Sénat en charge des services de renseignements lanceront leur propre enquęte la semaine prochaine. Le président de la commission des services d’intelligence de la Chambre des représentants, le représentant démocrate Silver Reyes (Texas) a indiqué samedi que cette enquęte aura ŕ déterminer, non seulement les raisons de la destruction des vidéos et sa non notification au Congrčs, mais aussi les méthodes d’interrogatoires et les éventuels dommages qu’elles auraient pu causer ŕ l’image des Etats-Unis en cas de leur diffusion.

L’agence américaine de renseignement a confirmé avoir détruit au moins deux vidéos montrant l’interrogatoire musclé de deux membres actifs d’Al-Qaďda.

Le nouveau scandale sur le programme secret de détention et d’interrogatoire de la CIA a été soulevé ŕ la suite de la publication par le New York Times d’un article affirmant que des vidéos, enregistrées en 2002 par des membres des services secrets américains, “montraient des agents de la CIA soumettant des suspects de terrorisme ŕ des techniques d’interrogatoire sévčres”.

Dans un mémo au personnel de la CIA, Michael Hayden estimait que si l’Agence de renseignement s’est enfin décidée en 2005 ŕ détruire ces enregistrements, c’était uniquement parce que la CIA craignait que “les vidéos représentaient un risque pour la sécurité des agents”.

Des organisations de défense des droits de l’Homme dont l’association américaine pour les libertés civiles (ACLU) et Amnesty Internationale reprochent ŕ la CIA d’avoir effacé des traces de torture exercée sur des détenus suspectés de terrorisme par crainte “d’ętre poursuivis en justice pour des cas de torture”.

La Turquie exporte mieux et plus

La Turquie a exporté en septembre dernier un volume global de 8,9 milliards de dollars américains, soit 17,25% de plus par rapport au męme mois de l’année 2006. Selon des chiffres de l’Association des exportateurs turcs (TIM), diffusés lundi ŕ Ankara, les différents secteurs de l’industrie et de services ont exporté, entre septembre 2006 et septembre 2007, l’équivalent de 100,1 milliards de dollars, ce qui représente une augmentation de 23,20 % par rapport ŕ l’année d’avant. Le volume global des exportations durant les neuf premiers mois de l’année en cours a atteint pour sa part 75,9 milliards de dollars, a indiqué la męme source. La Turquie, qui a réalisé en 2006 un volume global d’exportations estimé ŕ 84,3 milliards de dollars, aspire ŕ augmenter ses parts de marché dans l’économie mondiale, en mettant au point un plan triennal visant ŕ hisser le volume annuel des exportations ŕ 125 milliards de dollars durant la période 2007-2009.

Nouveau record de l’euro face au dollar

L’euro a atteint lundi un nouveau plus haut historique face au billet vert, ŕ 1,4283 dollars, aprčs la publication en fin de semaine derničre d’indicateurs macroéconomiques faisant présager une nouvelle baisse des taux d’intéręt aux Etats-Unis.

Dans les premičres transactions en Asie, la monnaie européenne a amélioré son précédent record (1,4278) battu vendredi ŕ New York. L’euro s’est toutefois ensuite replié aux environs de 1,4273 dollar.

Face ŕ la devise japonaise, le billet vert était stable ŕ 114,80 yens. Vendredi, l’indice PCE des prix ŕ la consommation aux Etats-Unis a révélé une contraction en aoűt par rapport ŕ juillet, ŕ 1,8 PC, ramenant cette mesure de l’inflation ŕ son plus bas niveau depuis trois ans et demi.